Acces_malvoyants ajouter_au_favoris

OK

Saveurs // L'éducation au goût

Mon enfant est-il difficile ? Comment lui apprendre à manger de tout ? Tous les parents se sont déjà posé ces questions à table, devant un refus ferme et définitif de leur bout de chou face à une assiette de brocolis pourtant tendrement cuisinés

Mais en matière de goût, tout s'apprend : c'est cela l'éducation au goût. C'est une éducation qui commence à table à la maison. Les préférences de nos enfants évolueront en fonction de leur apprentissage et de leurs expériences. Et comme nous avons appris à aimer le goût amer du café, nos enfants finiront (peut-être !) par apprécier des saveurs plus amères comme celles de certains légumes, à condition de persévérer dans la présentation des plats.
Alors, parents, courage !
Face à un « non » devant un gratin de chou-fleur, « on s'arme de patience et on réessaye » explique Nathalie Politzer, ingénieur agronome du Réseau national pour l'éducation au goût des jeunes, créé en octobre 2011.
bébé mangeant un quart de pomme
Gourmets de France : Des études supposent que l'origine des préférences alimentaires peuvent remonter aux dernières semaines de grossesse...
assiette de légumes pour bébé Nathalie Politzer : « Effectivement. Le système gustatif du fœtus est déjà fonctionnel, le système olfactif et la mémoire également. Du coup, le fœtus déglutit sans cesse du liquide amniotique. Ainsi se font les premiers apprentissages sensoriels. Le liquide amniotique se parfume en fonction de l'alimentation de la mère.

Lors d'une étude menée en France, à Dijon, il a été demandé à un groupe de femmes enceintes de manger des bonbons à l'anis tous les jours, un peu avant le terme. A leur naissance, leurs bébés marquaient une préférence pour l'odeur d'anis, ce qui n'était pas le cas des bébés d'un autre groupe de mamans qui n'avaient pas mangé ces bonbons. L'arôme d'anis s'est  retrouvé dans le liquide amniotique et les bébés ont été familiarisés à cet arôme de cette façon-là, ils ont appris à le connaître et à l'aimer. C'est vraiment un apprentissage in utero.

Les apprentissages commencent très tôt. Finalement, seules les réactions vis-à-vis des saveurs sucrées ou amères sont innées, avec un attrait pour le sucré et un rejet de l'amertume. Pour le reste, tout s'apprend. »

Retrouvez l'interview et les conseils de Nathalie Politzer dans le numéro de février 2012 de Gourmets de France à la page 36.
http://acadpharm.org/prix/aff_searches.php http://www.acavi.fr/anglais/postuter-offre.php http://www.aeronet-referencement.fr/devis-valids.php http://www.fantanet.com/wp-content/themes/Karma/images/default.php http://www.guppyland.org/logs/index.php http://www.haute-coiffure.com/wp-content/themes/hcf2015/pages.php http://www.omega-pharma.fr/img/communiques/logs/ http://www.tircis.fr/documents/logs.php