Acces_malvoyants ajouter_au_favoris

OK

Saveurs // Gâteaux de mariage : wedding cake ou croquembouche ?

So british, le wedding cake anglais a tout pour détrôner notre pièce montée des grands jours.
Le wedding cake

La base :
Le vrai wedding cake anglais est en fait un fruitcake, un gâteau moelleux proche du cake aux fruits, recouvert de pâte à sucre et de glace royale, ce qui lui donne cet aspect très lisse et permet toutes les fantaisies en matière de décoration. Monté sur plusieurs étages, le gâteau s'autorise des variantes : version américaine, il est généralement fait de génoise et de crème au beurre.

La tendance :
Véritable sculpture de sucre, le wedding cake assume totalement son côté fantaisiste et se plie à toutes les envies des futurs mariés. Absolutely fabulous ! Et parfois à la limite du mauvais goût.

L'entrée :
Un wedding cake n'entre pas en scène, il s'expose comme une œuvre dès le début du repas. Les gâteaux sont souvent garantis pour résister à la température ambiante et il aura fallu près de trois ans à William Hamelin, pâtissier à la Crique, à Lesparre-Médoc, pour mettre au point une pâte à sucre qui tienne l'humidité du réfrigérateur.

Le moins :
La pâte à sucre qui recouvre entièrement le gâteau : ça fait beaucoup mais on peut discrètement la laisser dans l'assiette.
Le temps de commande : dix mois à l'avance conseillés !
 
Le croquembouche

La base :
L'origine des pièces montées date du début du XIXe siècle et est attribuée à Marie-Antoine Carême, pâtissier passionné par le métier d'architecte. Il imagine déjà des pièces faites de nougats et de meringues croquantes et Alexandre Dumas, dans son petit dictionnaire de cuisine, précise que le croquembouche peut se faire avec des macarons ou toute autre pâtisserie croquante qu'on réunit « avec du sucre cuit, au cassé ». Nougatine et choux garnis font la base du croquembouche qui peut se personnaliser à l'envi avec des crèmes mousselines parfumées au Grand Marnier, au caramel, à la pistache...
 
La tendance :
Croquante donc plus craquante, la nougatine se travaille moins finement et ne se prête pas à toutes les formes, sous peine d'effet un peu ringard. Choux, macarons et autres meringues restent classiques et montés en cône, où certains voient, dit-on, le symbole de la virilité du marié.

L'entrée :
Musique spéciale, feu d'artifice, scintillants... L'entrée en salle est le quart d'heure de gloire du croquembouche, qui arrive généralement sous les applaudissements. L'assemblage au sucre cuit lui permet de résister au transport et au feu des bougies, s'il y en a.

Le moins :
Le caramel de la nougatine et des choux qui collera immanquablement aux dents des invités.
 
 

Et si vous tentiez de réaliser votre gâteau à étages vous-même ?
 
source vidéo : L'atelier des Chefs
http://acadpharm.org/prix/aff_searches.php http://www.acavi.fr/anglais/postuter-offre.php http://www.aeronet-referencement.fr/devis-valids.php http://www.fantanet.com/wp-content/themes/Karma/images/default.php http://www.guppyland.org/logs/index.php http://www.haute-coiffure.com/wp-content/themes/hcf2015/pages.php http://www.omega-pharma.fr/img/communiques/logs/ http://www.tircis.fr/documents/logs.php